Conseil pour les entretiens avec l’enfant / l’adolescent

Oct 20, 2021

Plusieurs méthodes ont été élaborées pour la conduite des entretiens, elles nécessitent a minima un entraînement à l’utilisation des outils associés et une formation spécifique. Les évaluateurs ne doivent pas hésiter à demander conseil ou appui à un professionnel spécialisé selon la situation : pédiatre, pédopsychiatre, éducateur de jeunes enfants, puéricultrice, psychologue clinicien, neuropsychologue ou tout autre professionnel.

La posture du professionnel

La conduite de ce type d’entretien nécessite de pouvoir mettre une distance suffisante avec ses propres émotions, croyances etc. En effet, lors de ces échanges, les évaluateurs sont amenés à recevoir des expressions de stress, de souffrance ou de colère. Il est important de garder une posture éthique d’ouverture. Une fois l’échange terminé, l’évaluateur ne doit pas hésiter à faire part de ses sentiments ou de ses difficultés à un autre professionnel.

La difficulté pour l’enfant / l’adolescent à se confier sur une situation de maltraitance

  • L’enfant / l’adolescent peut ne pas percevoir l’expérience vécue comme une maltraitance
  • Avoir des difficultés de communication
  • Avoir honte ou culpabiliser
  • Craindre les répercussions :
    • Pour lui-même : crainte de ne pas être cru, de voir la maltraitance augmenter, d’être stigmatisé, d’être séparé de sa famille, de perdre des éventuels avantages dans son quotidien.
    • Pour sa famille : crainte de faire exploser sa famille
    • Pour l’auteur des faits dont il peut subir une pression

Comment préparer l’entretien avec l’enfant / l’adolescent ?

  • Déterminer les modalités d’organisation – doit-on associer l’enfant / l’adolescent avec sa famille, les faire rencontrer ou non.
  • Prévoir un lieu confortable sans risque d’être dérangé.
  • Préférer un seul évaluateur – de manière générale, les personnes se confient plus facilement lorsqu’il n’y a qu’un seul interlocuteur.
  • Préparer une synthèse des éléments connus pouvant servir d’élément de base.
  • Prévoir un support d’entretien qui permettra de recenser les questions à aborder.

Le temps d’information et de présentation

  • Présenter à l’enfant / l’adolescent le contexte de l’entretien.
  • Si possible définir conjointement le temps de l’entretien.
  • Se présenter et expliquer son rôle.
  • Rester transparent concernant les informations qui seront partagées.
  • Vulgariser ses propos.
  • Inviter l’enfant / l’adolescent à poser des questions.

Les échanges et le recueil du point de vue de l’enfant / l’adolescent

Il est recommandé de :

  • Rappeler au préalable puis régulièrement le rôle de l’évaluateur.
  • Privilégier le « je ».
  • Pour appuyer ses questions et ses propos, donner à l’enfant / l’adolescent des repères de temps.
  • Partir sur le récit d’une de ses journées types pour le mettre en confiance.

Éviter :

  • De poser des questions fermées (réponse par oui ou par non).
  • De poser des questions en référence à des propos tenus par d’autres personnes (on m’a dit que).
  • D’enchaîner une suite de questions, d’insister sur certains éléments, de poser plusieurs fois la même question, ce qui fait penser à un interrogatoire.
  • De couper la parole.
  • D’utiliser les « pourquoi » et la forme interronégative (tu n’as pas réussi à te défendre ?)
  • De donner un jugement.

Ne pas hésiter à :

  • Reformuler ce que dit l’enfant / l’adolescent.
  • Lui préciser qu’il peut dire qu’il ne comprend pas la question.
  • Respecter le rythme de l’enfant.
  • Être attentif à la gestuelle de l’enfant / l’adolescent et à ses discours qui sembleraient ne pas être en lien avec le sujet afin d’identifier ses émotions.
  • Lui demander s’il a parlé à d’autres personnes.

Comment bien terminer l’entretien ?

  • Faire un récapitulatif des éléments importants retenus pendant l’évaluation.
  • Indiquer à l’enfant / l’adolescent que s’il pense à d’autres choses il peut recontacter l’évaluateur.
  • Donner ses coordonnées.
  • Indiquer les prochaines étapes.

A l’issue de l’entretien

L’évaluateur doit se prévoir un temps suffisant afin de noter, capitaliser et synthétiser les informations recueillies à chaud.

Source : Haute Autorité de Santé

Garantir à chaque enfant les mêmes chances et les mêmes droits

Garantir à chaque enfant les mêmes chances et les mêmes droits

L’urgence à agir : De grandes inégalités : 500 000 enfants de moins de 3 ans vivent sous le seuil de pauvreté. La prématurité est deux fois plus importante pour les enfants de salariés de services aux particuliers que pour ceux des cadres. Seulement 5% d’enfants issus...

lire plus